antiaméricanisme IBM Oracle EMC

Européens, profitez de l’antiaméricanisme !

L’antiaméricanisme des Chinois ne date pas d’aujourd’hui. Auparavant ils le pensaient mais ne l’exprimaient pas. Aujourd’hui, non seulement ils ne s’en cachent plus, mais ils l’utilisent comme un argument commercial. Une chance pour les Européens !

Certes, cet article concerne l’industrie informatique. Cela dit, j’ai constaté le même phénomène en discutant récemment avec deux relations chinoises. L’une occupant des responsabilités dans le secteur des engins de travaux publics et l’autre dans le domaine médical.

On affiche son antiaméricanisme…

Hier, j’avais deux rendez-vous à Shenzhen pour le compte d’un client français. Nous sommes sa filiale virtuelle. Lors de ces deux rendez-vous il m’a tout de suite été demandé si les produits de mon client contenaient de la technologie américaine. Heureusement non, et ainsi nos négociations ont pu se poursuivre normalement.

Lors du deuxième rendez-vous qui s’est tenu dans la tour Skyworth, le partenaire m’a fait une présentation de son entreprise. Dans une des diapositives, l’argument « 去IOE », traduit par « Take off IOE » en Anglais, étais mis en évidence. La signification de cette expression est la suivante :
– 去 (« qu » en pinyin) veut dire quitter, enlever (dans le sens de déshabiller).
– IOE veut dire IBM Oracle EMC, trois géants de l’informatique américaine.

L’histoire du Take off IOE

Take off IOE trouve son origine en 2008, au sein du groupe Alibaba. Ce groupe officiellement privé est en réalité contrôlé par le gouvernement Chinois. A cette date, après que le gouvernement ait réussi à éliminer eBay de la Chine, Alibaba a fait le pari de ne dépendre d’aucune technologie américaine. C’est de cette volonté qu’est née en interne ce slogan « Take off IOE ». A l’époque personne n’y croyait et tout le monde en riait. La raison (cachée) de se débarrasser des technologies américaines réside dans le fait que la stratégie du groupe est de contrôler l’activité numérique du pays, en commençant par le eCommerce puis par le Cloud appelé Alicloud.
Et bien « Take off IOE » s’est avérée être une réussite. Aujourd’hui les ordinateurs centraux d’Alibaba ne sont plus IBM, Oracle ne gère plus ses bases de données. Et enfin, plus aucune information n’est stockée dans des baies EMC. Côté business, Alibaba détient 80% du eCommerce en Chine avec un chiffre d’affaires supérieur à eBay et Amazon réunis.
D’après IDC, un institut américain, Alicloud occupait en 2017 le 7ème rang mondial, puis le 2ème en 2018, et enfin sera le 1er avant fin 2019.

Depuis, Take off IOE a été rendu public, puis copié et adopté par d’innombrables entreprises en Chine. Aujourd’hui, ce slogan va plus loin qu’un simple argument commercial. Les Chinois sont extrêmement nationalistes, les entrepreneurs en font même la fierté de leurs entreprises.

Alibaba a développé d’autres services tel qu’Alipay. Ce service de paiement mobile est déjà présent dans 20 pays d’Europe. L’objectif final est de maitriser la consommation et le profil de la totalité de la population mondiale. Il était donc impératif de se dispenser d’utiliser des technologies américaines.

Mais on suit le savoir-faire américain

Sur la même diapositive où j’ai vu 去IOE, apparait en bas à droite un beau diagramme de Gartner auquel l’entreprise se targue d’être en conformité. Pour ceux qui ne le savent pas, Gartner est une entreprise américaine qui définit « l’état de l’art » dans le domaine des technologies de l’information. Gartner étant suivi par toutes les grands comptes dans le monde, les fournisseurs veillent à ce que leurs produits soient en parfaite conformité avec les dires de ce gourou.

gartner

Je n’ai pu m’empêcher de demander à mon interlocuteur : « Sur la même diapositive vous afficher votre antiaméricanisme en suivant la règle du « take off IOE » tout en faisant référence à Gartner qui pourtant est américain. N’est-ce pas une contradiction ?« . La réponse est simple : « Effectivement, nous n’achetons aucune technologie américaine afin de garantir l’indépendance des entreprises chinoises à l’égard des USA. Néanmoins, nous prenons leur savoir-faire pour référence car il est reconnu dans le monde entier. De cette façon nos produits sont non seulement vendables en Chine, mais aussi dans le monde entier « .

Faites de même

Dans la présentation de notre client français ne figure pas d’antiaméricanisme, bien évidemment. Par contre, il y a des références aux recommandations faites par Gartner Group. Mon interlocuteur Chinois était très satisfait. Nous avions un produit 100% non américain et qui suit les règles dictées par le gourou !
Alors vous Français, ou Européens, profitez de l’antiaméricanisme, vous êtes bienvenus en Chine.

Une réflexion sur “Européens, profitez de l’antiaméricanisme !

Laisser un commentaire