Ouvrir un domaine en Chine

Pour vendre vos produits en Chine il vous faudra un site Web en Chinois. Au préalable, vous devrez impérativement ouvrir un domaine en Chine, c’est à dire en .cn ou .com.cn. En effet, à moins que vous développiez des produits vraiment uniques, dans le BtoB les clients finaux n’achètent pas les produits de sociétés occidentales qui n’investissent pas dans une filiale locale.

Cette règle s’est encore renforcée depuis l’élection de Xi Jinping en 2013 qui pousse les sociétés chinoises à n’acheter des produits ou services qu’à des entreprises locales. Le fait que votre site Web soit hébergé sur un domaine en Chine fera penser au marché que vous avez une filiale locale. En effet, seules les sociétés enregistrées dans ce pays peuvent ouvrir un domaine en .cn ou .com.cn.

A proscrire

Proscrivez la solution de facilité qui consiste à publier des pages en Chinois sur votre site principal en .com ou .fr. Cela ne sert strictement à rien !
Détail important, n’oubliez pas d’indiquer sur votre page « Contact » vos coordonnées en Chine. N’indiquez surtout pas d’adresse email se terminant en .com ou .fr ni de numéro de téléphone qui commencent par +33. J’ai vu ce genre d’erreurs des dizaines de fois et les gens se demandent pourquoi personne ne les contacte…
Enfin, il en est de même pour les adresses mail se terminant en .com.hk ou les téléphones en +852. Rappelez vous que depuis Hong Kong vous ne vendrez pas vos produits en Chine continentale.

Nouvelles formalités

Depuis mars 2017 il ne suffit plus d’avoir une société ou un WOFE pour ouvrir un domaine en Chine. Les sites Web sont maintenant considérés comme des médias. Par conséquent il faut obtenir l’approbation de la police, au même titre que pour un journal. Suivant son objet et son contenu, la police décidera d’autoriser ou d’interdir sa publication.

Aujourd’hui 22 mai 2017 nous avons enfin reçu notre numéro d’agrément. Notre site est autorisé et nous avons même le droit de continuer d’ouvrir des domaines en .cn ou .com.cn pour les entreprises étrangères que nous portons.

C’est un très bonne nouvelle pour tous nos clients ! Ils vont pouvoir ainsi continuer de maintenir leur site chinois sans avoir à créer une entité en Chine. Mais je dois avouer que pour obtenir cette autorisation il nous a fallu du temps et de la patience.

La veille pour le lendemain !

C’était le 30 mars lorsque nous recevons un email de la police disant que notre site n’est pas compatible avec les lois. Au bout du fil l’agent nous dit que notre site n’est qu’en Anglais. Il veut absolument que l’on publie une page en Mandarin.

Nous lui expliquons tous nos clients sont des entreprises étrangères, nous n’avons pas besoin de pages en Mandarin. Il nous répond qu’à défaut d’une page en Mandarin il souhaiterait voir un lien en Mandarin. Ce lien devra diriger le visiteur vers un autre site en Chinois. Ce lien peut être seulement composé des deux caractères « 中文» (qui veut dire « chinois »). Et comme à l’habitude, il exige que ce soit fait pour demain vendredi 31 mars.

La raison invoquée est qu’à partir d’après demain il est en vacances trois jours. Ce sont les congés du Tomb Sweeping Day (la Toussaint chinoise). Fort de sa supériorité, il rajoute que si nous ne procédons pas à ces modifications avant demain soir il fera immédiatement fermer notre site !

Bien entendu on ne discute pas avec la police et nous nous exécutons. Le lendemain, fiers de nous, nous rappelons notre interlocuteur pour lui demander si notre page en Chinois lui convient. Vous savez quoi? Il répond « oui ». Tout le monde est très content. 🙂

Nous avons trop tôt crié victoire

Et bien non, le 5 avril le même fonctionnaire revient à la charge pour nous demander plein d’autres documents. Je sens que nous sommes mal partis, cela me rappelle une sale histoire avec le Bureau des Finances. Sauf que cette fois c’est avec la police que c’est compliqué.

En Chine c’est la police qui est en charge des affaires criminelles comme la corruption ou la publication de « mauvaises » informations politiques. A ce titre elle des pouvoirs illimités et peut faire fermer votre société en un claquement de doigt. Cela dit, je ne dramatise pas, c’est pareil pour tout le monde, y compris pour les Chinois.

Vers la fin avril notre assistante finalise un dossier de 37 pages comprenant la copie des documents suivants :

  • Carte d’identité
  • Enregistrement à Shanghai afin de prouver son adresse personnelle
  • Carte d’identité de notre collègue au marketing responsable du contenu
  • Mon passeport, permis de travail et de résident (visa Chine)
  • Bail de notre bureau
  • Carte d’identité de notre propriétaire
  • Titre de propriété
  • Business licence de notre WOFE
  • Enregistrement de notre nom de domaine
  • Contrat d’hébergement de notre site
  • Coordonnées de notre hébergeur ainsi que la liste de ses adresses IP

Sans excès de confiance, notre assistante va déposer son dossier.
Nous sommes déjà début mai, cela fait plus d’un mois que ça dure…

Et ça continue !

Pas de chance, elle revient au bureau en disant que cela ne suffit pas. Maintenant il leur faut le détail de notre réseau local, la marque et le numéro de série de toutes nos machines : Routeur, PABX, WIFI, firewall, et serveur. Il veut aussi avec un dessin qui explique comment toutes nos ordinateurs et imprimantes sont connectés entre eux et à Internet.

Ne pensez pas qu’après avoir donné toutes ces informations à la police notre réseau n’est plus en sécurité. Sachez que même s’ils sont interdits, les VPN fonctionnent très bien en Chine. Je suis encore dans ce pays à l’heure où j’écris ces lignes, donc je ne peux pas vous en dire plus.

Nous nous mettons à la tâche et quelques jours après notre assistante retourne à la police

Encore et encore…

Plus de nouvelles jusqu’au 19 mai où le préposé nous recontacte encore. Cette fois il nous dit que notre dossier n’est toujours pas complet et que nous devons le corriger avant le 26 mai prochain sous peine de fermeture. Il fait ce qu’il veut, il n’y a pas de loi. En fait le 27 mai débute les vacances du Dragon Boat Festival, c’est tout.

La difficulté est qu’il ne nous dit pas clairement ce qui ne va pas. La seule formalité que nous comprenons est la prise d’une photo du visage de notre assistante avec sa carte d’identité en main et positionnée juste en dessous de son menton. Ce n’est pas très féminin comme pause, elle ressemble plus à quelqu’un que l’on va incarcérer. 🙂
A part cela, plein de questions et de documents que mes collègues et moi ne comprenons pas. Le lendemain notre secrétaire retourne au bureau de la police pour donner sa photo et demander des explications. Apparemment tout va bien, l’agent qui l’a reçue lui demande une copie de notre « business licence » en format A3. Bizarre, hier au téléphone ils nous demandaient des choses incompréhensibles.

Probablement une histoire de face

Le coup du format A3 est typiquement Chinois. Vous rencontrerez la même situation avec la plupart de vos clients. Dans le but de marquer sa supériorité et ainsi avoir la face, votre interlocuteur ne peut s’empêcher de vous demander quelque chose de supplémentaire. Quant à vous, le jeu consiste à ne rien dire, sourire, et donner le ou les éléments demandés. En résumé, pensez à donner la face à votre interlocuteur et tout sera très facile.
Dans le cas présent la police a déjà une copie de notre Business Licence en format A4. L’agent le sait sait très bien. Donc sa demande est sans gravité, il veut juste « marquer son territoire ».

Aujourd’hui 22 mai, ils abandonnent enfin leurs multiples questions et nous donnent les agréments nécessaires.

Encore un exemple de perte de temps que vous ne subirez pas si vous faites « porter » vos opérations par une société déjà installée en Chine et agrée par les autorités.

Laisser un commentaire